Sélectionner une page

Missolonghi

26 mars

Départ vers 9h et passage sous le pont du Rion qui marque la sortie du golfe de Corinthe.



On rejoint Missolonghi par un long chenal bordé de centaines de cabanons sur pilotis. On se croirait dans le bayou.

Au fond du chenal, un immense bassin où trois cargos chargent inlassablement des palettes de briques.

Endroit bizarre, mi-zone industrielle, mi-station balnéaire désertée, avec son stade de foot rendu aux herbes folles, son hôtel fantôme et son improbable cimetière d’avions de chasse et de tanks de la dernière guerre.

Le vieux se baladent en mob et ne dépassent pas les 17 km/h.


Nous repartons verts 16h. Le temps se gâte et il se remet à pleuvoir.
Il y a des hauts-fonds sableux jusqu’à plusieurs miles au large. Le soir tombe et Ithaque est encore loin. Nous décidons de faire demi-tour et de retourner dormir à Missolonghi. Déluge toute la nuit. Humidité 90%, température 10°. Énorme plâtrée de gambas fraîches et purée de patate revigorante.